رابطة قدامى الإكليريكية البطريركية المارونية

Rémi Brague: «Il est plus facile de s'attaquer au christianisme qu'à d'autres religions»

Rémi Brague: «Il est plus facile de s'attaquer au christianisme qu'à d'autres religions»

«Il est plus facile de s'attaquer au christianisme qu'à d'autres religions ; là, au moins, on ne risque pas de se faire égorger.»
 
«Il est plus facile de s'attaquer au christianisme qu'à d'autres religions ; là, au moins, on ne risque pas de se faire égorger.» Jean-Christophe Marmara / Le Figaro

FIGAROVOX/ENTRETIEN - Après une série d'actes de vandalisme d'églises, Gérald Darmanin a annoncé une enveloppe de quatre millions d'euros pour sécuriser les lieux de culte. Attaquer l'Église catholique, c'est aussi une façon d'affaiblir le pays tout entier, estime le philosophe Rémi Brague pour qui la solution à apporter n'est pas uniquement financière.

 

Membre de l'Institut de France, normalien, agrégé de philosophie et professeur émérite de philosophie à l'université Panthéon-Sorbonne, Rémi Brague est notamment l'auteur d'Europe, la voie romaine (Folio essais, 1999) et du Règne de l'homme. Genèse et échec du projet moderne (Gallimard, 2015).

 

FIGAROVOX.- Depuis le 1er janvier, huit églises ont fait l'objet d'actes de vandalisme ou de vols. Comment les catholiques perçoivent-ils ces actes malveillants ?

Rémi BRAGUE.- Il y a pas mal de temps que des gestes de ce genre ont lieu. Il y a des vols dans les églises, et pas seulement des pillages de tronc, mais des vols d'œuvres d'art, tableaux et statues, depuis longtemps, et encore plus depuis que beaucoup d'églises ne sont fréquentées que de loin en loin. Les vases sacrés, calices, ciboires, etc., que les imbéciles croient être en métal précieux, et qui sont plus faciles à écouler, sont évidemment plus visés. Briser des statues de saints est une tradition française depuis la Réformation protestante, puis depuis la Révolution. Les vols d'hosties consacrées sont d'un autre ordre et sont probablement explicables par une montée en puissance des cultes satanistes que l'on signale un peu partout.

Je ne sais pas si le début de cette année marque une recrudescence nette, mesurable, de ce genre d'incidents. Il semble que oui. Ou en tout cas, il est sûr qu'on en parle plus qu'à l'accoutumée. Il est intéressant que ce soit seulement maintenant qu'on leur donne une couverture médiatique à peu près à la hauteur. Encore cela dépend-il des médias. Pour certains, c'est un non-événement. Au lieu de dire que seuls les médias de «droite» en parlent, et le leur reprocher, ceux de «gauche» devraient faire leur examen de conscience, ou expliquer clairement pourquoi ils choisissent de taire ce genre d'événements.

Ces actes révèlent une incompréhension totale, voire une ignorance subie ou voulue du message chrétien, de la personne du Christ, de ce qu'ont réalisé les saints représentés par les statues qu'on décapite.

Rémi Brague

Les catholiques sont évidemment peinés. Ce n'est pas tellement par les humiliations ou les menaces dont leurs personnes sont l'objet, comme lors de cette procession que des musulmans ont attaquée. C'est surtout par les destructions matérielles. Non pas, bien évidemment, parce que le plâtre ou la pierre seraient plus précieux que la chair humaine ; c'est le contraire. Mais c'est à cause de ce que ces actes révèlent une incompréhension totale, voire une ignorance subie ou voulue du message chrétien, de la personne du Christ, de ce qu'ont réalisé les saints représentés par les statues qu'on décapite. Qu'on déboulonne une statue de Cecil Rhodes passe encore, mais de Saint-Antoine de Padoue ou de Saint-Vincent de Paul ?

Pour l'heure, l'Église semble avoir peu réagi. Faut-il y voir une forme de timidité?

Par «l'Église», vous entendez, me semble-t-il, la hiérarchie, donc l'épiscopat. Il est vrai que ses réactions restent discrètes. À quoi attribuer ce peu de bruit ? Prudence dans l'attente de ce que les faits soient mieux établis, les coupables identifiés, leurs motivations mises en lumière ? Lâcheté pure et simple, souci de ne pas «faire de vagues», comme dans l'Éducation nationale ? Désir de ne pas jeter de l'huile sur le feu dans une situation déjà tendue ? De ne pas «faire le jeu» de X ou Y (en l'occurrence, plutôt de Z, d'ailleurs…) ? Je l'ignore.

Comment expliquer cette haine contre la foi chrétienne?

Il y a d'abord un fait très simple, c'est qu'il est plus facile de s'attaquer au christianisme qu'à d'autres religions ; là, au moins, on ne risque pas de se faire égorger.

Ensuite, on peut haïr le christianisme soit en tant qu'il est une religion en général, soit parce qu'il est une religion déterminée, différente des autres. Il combine donc la haine des «laïcards», ennemis de toute religion et celle des ennemis du christianisme en particulier. Par exemple, pour ne parler que du christianisme catholique ou orthodoxe, musulmans et évangélistes peuvent vouloir concrétiser leur répugnance devant les images peintes ou sculptées...

De plus, c'est un fait que le christianisme sous sa forme catholique a été la religion d'une grande majorité des Français. Deux conséquences s'ensuivent : d'une part, pour beaucoup, «la religion» dont ils veulent la fin se présente nécessairement sous la figure du catholicisme. Et d'autre part ceux qui haïssent la France et rêvent de la détruire sentent plus ou moins confusément qu'attaquer l'Église catholique, c'est aussi une façon d'affaiblir le pays tout entier en en sapant les fondements spirituels.

À VOIR AUSSI - Les actes antireligieux contre l'Église catholique ont baissé de 20% en 2021, selon Gérald Darmanin

 

En réponse, le ministre de l'intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé une enveloppe de quatre millions d'euros pour sécuriser les lieux de culte. Ces mesures sont-elles suffisantes ? Les solutions sont-elles uniquement financières ?

En France, et depuis la loi de 1905, les lieux de culte qui existaient déjà avant ladite loi sont la propriété de l'État. C'est donc à lui de veiller à leur permanence. Il semble que, souvent, il se soucie davantage de ce qui, dans les églises, attire les touristes et remplit les caisses, alors qu'il néglige la maintenance de ce qui ne se voit pas et qui pourtant permet que l'édifice tienne debout. C'est une des causes de l'incendie de Notre-Dame. De façon un peu semblable, l'argent dépensé pour la «culture» va davantage aux «créations», même si elles sont laides ou stupides (ou les deux), et bien moins à l'entretien du patrimoine. La somme mentionnée par Gérald Darmanin pourra-t-elle sécuriser, ne serait-ce que toutes les églises catholiques, en laissant de côté les temples, mosquées, pagodes, etc. ? Quant aux cathédrales, basiliques, églises paroissiales, chapelles, il y en a dans les 40.000 ou 50.000. Cela ferait 100 euros par édifice, ou un peu moins…

Il faudrait purifier la recherche historique des idéologies qui l'empoisonnent. Vaste programme.

Rémi Brague

Annoncer ces quatre millions, cela sonne bien en période électorale, et c'est mieux que rien s'ils sont effectivement versés. Et surtout, c'est plus facile : on peut le faire tout de suite. Effectuer les travaux nécessaires prendra de toute façon plus de temps.

Quant au vrai travail, qui consisterait à changer les mentalités, il est, lui, de très longue haleine. Il faudrait d'abord en finir avec la légende qui met tout le malheur du monde sur le dos de «la religion» et en particulier de l'Église. Cesser de mentionner «les religions» et faire un peu le tri entre les religions, ne pas confondre le message du ou des fondateurs ou celui des textes faisant autorité avec le comportement de certains croyants dans telles ou telles circonstances, etc. Bref, pratiquer des distinctions au fond très élémentaires. Il faudrait purifier la recherche historique des idéologies qui l'empoisonnent. Vaste programme.

أضف تعليق


كود امني
تحديث