La Croix : Il y a bientôt six mois, le 4 août 2020, une double explosion dans le port de Beyrouth tuait 207 personnes et en blessait 6 500 autres. Que demandez-vous depuis ?

Père Fadi Daou : Beaucoup d’acteurs de la société civile ou religieuse, tel le Patriarche maronite Béchara Raï, ainsi que la fondation Adyan, réclament une enquête internationale, parce que nous ne faisons pas confiance à notre justice nationale pour faire la lumière sur ce drame.

→ CONTEXTE. Explosions à Beyrouth : le premier