رابطة قدامى الإكليريكية البطريركية المارونية

«L’islam et le christianisme face aux valeurs républicaines: un parallèle entre les deux religions qui ne tient pas»

 

FIGAROVOX/TRIBUNE - Pour un croyant, quelle que soit sa religion, l’attachement à sa foi dépasse naturellement le cadre politique, analyse Alexis Feertchak. Mais pour les chrétiens, les domaines temporel et spirituel sont clairement séparés. Il en va tout autrement de l’islam.

Détail de la chapelle Sixtine.
Détail de la chapelle Sixtine. ŠElecta/Leemage

Alexis Feertchak est journaliste au Figaro et créateur du journal iPhilo.fr


Le gouvernement a choisi à plusieurs reprises de souligner l’opposition entre deux sources possibles de la «loi» pour illustrer le danger du séparatisme islamiste à l’œuvre en France. «La loi de la République est plus forte que celle des dieux. Vient le moment de parachever ce travail pour les musulmans», a martelé Gérald Darmanin, le 4 octobre dernier. Une allusion à un sondage de l’IFOP paru en septembre. A la question «En général, faites-vous passer vos convictions religieuses avant les valeurs de la République?», 40% des musulmans ont répondu que «oui». Ce serait là le signe d’un inquiétant découplage entre une partie des musulmans et le projet républicain.

Or certains observateurs ont soulevé une objection. S’il faut choisir entre convictions religieuses et valeurs de la République, les catholiques pratiquants (41%) sont plus nombreux encore que les musulmans (40%) à faire primer les premières dans ce même sondage,

 

أضف تعليق


كود امني
تحديث