Entre la déploration et le soulagement, quelle attitude choisir ? À Nantes, les flammes de l’incendie du samedi 18 juillet ont épargné l’essentiel du monument, mais le préjudice subi demeure important. « Toute la façade ouest a été touchée », explique Valérie Gaudard, conservatrice régionale des monuments historique de la Drac Pays de la Loire. « Par la combustion, tous les vitraux sont tombés et la maçonnerie a éclaté sous l’effet de la chaleur. Les meneaux de la verrière sont fragilisés. » La rangée de colonnettes du triforium est tombée et des étais ont dû être posés pour soutenir les éléments de la verrière qui était au-dessus.