Après 16 ans de feuilleton judiciaire, la cour du district de Jérusalem semble enterrer les derniers espoirs de l’Église grecque-orthodoxe pour faire annuler la vente de trois biens immobiliers. En 2004, le Patriarcat a signé un accord avec Ateret Cohanim, une organisation ultranationaliste juive.