« Deux grosses claques ». L’image qu’utilise Thierry Sanson, directeur de l’agence de voyages Ictus, résume bien l’impact qu’ont eu pour lui et son entreprise les deux dates du « 5 mars, quand Israël a fermé ses frontières aux Français, puis du 9 mars, quand toute l’Italie est entrée en confinement ».

→ EN DIRECT. Coronavirus : la France entre dans son dixième jour de confinement

Il lui a fallu prévenir tous ses partenaires pour les voyages prévus en mars puis en avril. « Nous n’avons pas annulé de voyages, car ce sont les voyages qui ne peuvent plus avoir lieu », nuance Thierry Sanson. Au total, 46 groupes qui devaient partir avec Ictus jusqu’au 30 avril ne le peuvent plus.

Pour l’agence Terralto, qui compte une quinzaine de salariés et une filiale à Rome, c’est plus de 50 voyages qui ne partent pas en mars et avril. « On ne sait pas encore si certains seront annulés mais on essaye de privilégier le report pour que ces groupes puissent partir d’ici à la fin 2020 », précise Alain Deblock, président de Terralto.

« Les vacances de Pâques représentent la grosse saison