Les opposants politiques de Jaïr Bosonaro peuvent crier victoire. Ils avaient dénoncé la décision, jeudi 26 mars, du président brésilien d’intégrer les activités religieuses dans la liste des services considérés comme « essentiels » à la nation brésilienne, durant la période de confinement liée à la propagation mondiale du coronavirus.