Il se définit lui-même comme « l’archevêque du père Hamel », selon la formule qu’il entend souvent. En France ou à l’étranger, lorsque Mgr Dominique Lebrun se déplace, le souvenir du prêtre martyr n’est jamais loin. Presque autant que Jeanne d’Arc, le père Jacques Hamel est devenu un repère pour le diocèse de Rouen. Un changement symbolique qui illustre le retentissement mondial de l’assassinat de ce prêtre âgé de 85 ans, le 26 juillet 2016, en pleine messe à Saint-Étienne-du-Rouvray par deux terroristes.

Saint-Étienne-du-Rouvray, un lieu de pèlerinage

Loin de tomber dans l’oubli quatre ans après le drame, la figure du père Hamel demeure une référence. Il est significatif que le nouveau ministre de l’intérieur Gérald Darmanin, qui, dès sa prise de sa fonction, a dit toute sa volonté d’assumer pleinement son rôle auprès des cultes, ait tenu à se rendre dimanche 26 juillet à Saint-Étienne-du-Rouvray pour les célébrations en hommage au prêtre assassiné. Mgr Éric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France, sera également présent.