رابطة قدامى الإكليريكية البطريركية المارونية

راشيّا الفخّار، سيرة مسيحيّي الأطراف

راشيّا الفخّار، سيرة مسيحيّي الأطراف

بيار عطا الله يسرد التاريخ النابض بشغف الإنتماء

 

لا ينفصل جديد بيار عطا الله "راشيّا الفخّار، سيرة مسيحيّي الأطراف"1 عن مؤلّفاته السابقة،2 أو عن دوره كصحافيّ وكاتب يعنى بشؤون الديموغرافيا والأرض، بل ثمّة تواصل واضح ثابت لمسيرة المقاومة والنضال والمواجهة العلنيّة والمثابرة التي ينتهجها، والكتابة عنها بشغف ظاهر وعميق في آن، يستمدّه من الإيمان الأصيل الذي لا تزحزحه الصعوبات، ولا تزلزله المخاطر.

 

أصل الإسم والموقع

يلتصق اسمها بالفخّار، فكانت تُسمّى راشيّا الفوقا، في حين كانت راشيّا الوادي تُسمّى راشيّا التحتا، والسبب مجاورة راشيّا الفخّار لحاصبيّا، مقرّ الأمراء الشهابيّين ومركز زعامتهم؛ أمّا كلمة الفخّار فتعود لشهرة البلدة كأبرز مراكز حرفة صناعة الفخّار التراثيّة (ص 39 و57 و93). وهي إحدى بلدات العرقوب، تختبئ في كنف سلسلة جبال لبنان الشرقيّة، عند إحدى هضبات جبل حرمون الشيخ الجنوبيّة الغربيّة، أو جبل السريان، ومنها يرى المرء، بحسب ابنها القسّ يوحنّا حردان خوري، البحر البعيد وبلاد الجليل وبحيرتي الحولة وطبريّا وبلاد بشارة وقلعة الشقيف وجبل عامل والريحان وتومات نيحا وهضاب البقاع السفليّ (ص 35-36).3

 

مسيحيّة الإنتماء

هي مسيحيّة من الأساس (ص 79)، بدليل اسمها الآراميّ – السريانيّ والآثار التي تحمل رموزًا مسيحيّة. وكانت مركزًا يستقطب العائلات المسيحيّة النازحة من سوريا والأردنّ وفلسطين. ويتناول الكتاب كنيسة القدّيس جاورجيوس للروم الأرثوذكس (ص 100-109)، ثمّ بناء كنيسة التجلّي للروم الملكيّين الكاثوليك (ص 180-185)، والكنيسة الإنجيليّة المشيخيّة الوطنيّة (ص 185-187)، كما يروي قصّة الموارنة فيها (ص 188-193).

 

كنيسة القدِّيس جاورجيوس، أعجوبة العذراء، وقصّة الجرس

يذكر الكاتب أنّها بُنيت في أواخر القرن السابع عشر، في موقع معبد وثنيّ، أو قلعة لا تزال بعض حجارتها الأثريّة الضخمة موجودة في جدرانها، فترتفع عند هضبة عالية، رابضة بكلّ هيبتها وعظمتها وقبابها. وحول تجديدها، جاء أنّ القيصر الروسيّ ألكسندر الثالث (1863-1884 م)، ساعد في بنائها بواسطة "الجمعيّة الأمبراطوريّة الأرثوذكسيّة الفلسطينيّة"، وشيّدها معلّمون من الشوير في المتن، بين 1855 و1889 على أنقاض الكنيسة الأولى، بالحجر الكلسيّ المقصوب ذات النتوءات، بشكل مستطيل، على طراز حداثة القرن التاسع عشر (ص 103). وهي تمتاز بالحجارة الضخمة المقصَّبة عند أسفل الجدار الجنوبيّ؛ ولا تزال تحتفظ بجرن المعموديَّة من العهد العثمانيِّ.

زارها غسّان تويني وابنه جبران وبعثة من جريدة النهار في 22 تشرين الثاني 1973 (ص 239)، كما وقف الإمام موسى الصدر فيها وخطب أمام الأهالي محيّيًا صمودهم (ص 244).

إستهدفتها المدفعيّة الإسرائيليّة الحاقدة بالقذائف الفوسفوريّة في 18 تمّوز 2006، فدخلت إحداها من نافذة الشبّاك الجنوبيّة المواجهة للحدود، في الوقت الذي التجأ فيه العشرات من الأهالي إليها طلبًا للحماية، وكانت المعجزة أنّ القذيفة سقطت أمام أيقونة السيّدة العذراء العجائبيّة التي احترقت، ولم يُصب من الأهالي سوى عدد محدود بجراح بسيطة وحالات إغماء (ص 270). ولا تزال تلك الأيقونة العجائبيّة مرفوعة على حائط الهيكل، وهي واحدة من 4 أيقونات اشتراها وفد من وجهاء البلدة من القدس في 1913.

في 1932، وصل الجرس من بيت شباب، فلاقاه الأهالي عند العين بالحداﺀ والصلوات. ويُروى أنّ أحد أبناﺀ القرية تربّع داخل الجرس، وراح ينفخ بالمجوز عازفًا عليه، ويردّد الأهالــي بالحداﺀ: وانا دخيلِك، شــوحي بمنديلِك، والـجرس جاييلك، من بيت شباب؛ وعندما أنجز حاتم نفّاع ومعاونوه من بيت شباب العمل في تركيب الجرس، راح الأهالي يقرعونه طوال النهار. ويذكر الأب موســى الخوري أنّ المكاريّين من أهالي راشيّا الفخّار كانوا يبيعون الفخّار في فلسطين، فسمعوا قرع الأجراس يومها، فقالوا: لقد قرعت أجراس راشيّا (ص 159-160).

 

فتح لاند

حوّلت التنظيمات الفلسطينيّة المسلّحة البلدة إلى قاعدة لإطلاق الصواريخ على شمال فلسطين، وتنفيذ هجمات داخل إسرائيل، بموجب إتّفاق القاهرة المشؤوم، فعُرفت حينها حاصبيّا-العرقوب بـــ "فتح لاند" (ص 225). وفي اجتياح الجنوب الأوّل في 1978، تحوّلت راشيّا الفخّار والخريبة إلى قاعدة عسكريّة في مواجهة الجيش الإسرائيليّ الذي كان يرابط في تلّة الشعيري – التابعة لبلدة الماري قبل اجتياح الليطاني في آذار 1978، فدخلهما بعد قصفهما بشدّة ودمّرهما بشكل كامل. ثمّ جرفت القوّات الإسرائيليّة منازل البلدتين وسوّتهما بالأرض، وأقامت مكانهما قاعدة عسكريّة لها.

 

جديد الكتاب: سيرة مسيحيّي الأطراف

يؤكّد الكاتب أنّ بلدات العرقوب، كفرشوبا وكفرحمام وجباثا وشبعا والماري وغيرها، مسيحيّة في الأصل، فنزح عنها المسيحيّون نتيجة للغزوات (ص 85). والحقيقة أنّ كتب التاريخ لم تتطرّق إلى منطقة العرقوب إلّا لمامًا، لذلك يسدّ الكتاب ثغرة كبيرة في تاريخ الجنوب عمومًا، والعرقوب خصوصًا، فهو الكتاب الأوّل عن سيرة مسيحيّي منطقة العرقوب كتبه عطا الله بنبض الناس والتاريخ، فجمع روايات المعمّرين وذكرياتهم، حيث راشيّا ضيعته نموذج لضيعات الأطراف، فأرّخ تجذّرها بالأرض والدفاع عنها في مواجهة ذئاب الداخل منذ فتنة 1860، مرورًا بهجوم الثوّار المتاولة في 1925، وأحداث ثورة 1958، وإعلان دولة فتح منذ 1969، وصولًا إلى الحرب اللبنانيّة بين 1975 و1990.

يسرد عطا الله تاريخ ضيعته للحفاظ على الذاكرة التاريخيّة، فهو كاتب مسكون بها، وارتباطه بها وجوديّ، يتنفّسها حبًّا وشغفًا، فما يفرحها يفرحه، وما يقلقها ينعكس عليه، وهو لا يزال يحمل في قلبه كلّ جروحاتها وآلامها، ولكن آمالها وطموحاتها أيضًا بالعيش أوّلًا بالأمان والحريّة.

جان م صدقه                                                                                                                                                                                                                 

خاطرة

 في زيارة إلى دير مار جرجس الناعمة في صيف 2016، أخبرني الأب الرئيس سليم نمّور من الرهبنة اللبنانيّة المارونيّة بحماسة ظاهرة أنّ بيار عطا الله لعب دورًا ضاغطًا في موضوع بيع مزرعة بودين المجاورة لدير مار مارون في مجدل المعوش، فدخل الأباتي بولس نعمان في سباق مع عطا الله الذي كان يعدّ مقالة قاسية حول الموضوع في جريدة "النهار"، وكانت النتيجة أنّ الرهبانيّة اشترتها من السيد روبير الخوري وشقيقه وشقيقته لمصلحة دير مار جرجس - الناعمة، وتبلغ مساحتها 418 ألف م2.

1 – في 376 صفحة من القطع الكبير والطباعة الأنيقة.

2 - مساحة الحريّة – قصّة السيطرة على أراضي المسيحيّين في لبنان؛ لبنان تحت الاحتلال؛ الصداقة اللبنانيّة - الفرنسيّة؛ النفايات السامّة في بلاد الأرز.

3 - مراحل العمر، منشورات مكتبة المشعل الإنجيليّة، 1967، ص 691.

Notre-Dame de Paris : duels au pied des tours

 

L'Hebdo Logo
  • Mikael Corre, 
À l’intérieur de Notre-Dame de Paris éventrée, le 3 juillet 2019. PATRICK ZACHMANN / MAGNUM PHOTOS

C’est l’histoire d’une étrange année au secours de la cathédrale Notre-Dame que le président de la République veut rebâtir en cinq ans. Une année de conflits (plus ou moins) feutrés où chacun, le brasier à peine éteint, a voulu imposer sa vision. Sans, pour l’instant, qu’un consensus soit trouvé.

L’archevêque de Paris, Mgr Michel Aupetit, a passé la soirée du lundi 15 avril 2019 en retrait. Il n’apparaît pas dans le groupe des officiels décrit par le New York Times, dont le récit de la nuit de l’incendie fait autorité jusqu’à aujourd’hui. Ce n’est pas lui qui accompagne le président de la République à la porte de la cathédrale de Notre-Dame pour constater les dégâts, face caméra, après le sauvetage de la tour nord.

i Pourquoi lire La Croix ?+
La Croix vous offre une information de référence sur l'actualité religieuse.
 

Lors du briefing aux autorités où fut décidée cette opération, la plus importante de toute la soirée, on ne le voit pas « dans le premier cercle », comme nous l’avait dit le diocèse, mais bien au troisième plan, derrière le ministre de la culture, Franck Riester. Le visage fermé, silencieux, il suit du regard le doigt qu’Emmanuel Macron pose sur le dessin opérationnel du lieutenant Laurent Clerjeau, de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris. « Vos craintes sont là. Le risque, c’est un effondrement ? » Il écoute la réponse du général Jean-Claude Gallet, chargé du commandement : « Si là ça s’effondre, l’autre tour peut tomber une demi-heure après. » L’archevêque ne dit rien.

Deux hommes qui se prennent dans les bras

La « part du feu » est faite. La charpente déjà bien entamée est laissée au brasier – « le dragon » comme disent les pompiers – tandis que les efforts se concentrent sur le beffroi nord, gagné par les flammes. Une unité y est envoyée. Dans l’attente de nouvelles informations, le président de la République rentre à l’Élysée pour une petite heure.

→ LES FAITS. Incendie à Notre-Dame de Paris, le récit de la soirée

L’archevêque de Paris rejoint la rue des Ursins, à 400 mètres de la cathédrale, et se retire dans la chapelle Saint-Aignan, où il prie souvent. C’est de cette petite église du XIIe siècle aujourd’hui amputée de son abside que provient la célèbre statue de la Vierge du pilier de Notre-Dame, que l’on retrouvera intacte après l’incendie (elle est aujourd’hui restaurée et exposée dans l’église Saint-Germain-l’Auxerrois).

C’est à elle que se confie l’archevêque de Paris, lui demandant que l’on puisse sauver ce qui peut encore l’être, c’est-à-dire les deux tours, et qu’il n’y ait pas de blessés graves lors de l’opération (seul un pompier sera légèrement blessé). Le lendemain, lors d’une interview accordée à la chaîne KTO, il dira d’une voix encore plus grave que d’habitude avoir très tôt senti « peser ce poids sur (ses) épaules d’archevêque de Paris », une charge qu’il occupe alors depuis seulement seize mois : « Quand il arrive quelque chose comme ça, c’est le moment de manifester la présence. Un capitaine qui ne tient pas dans la tempête n’est pas un capitaine. » Comme le résume très bien un ancien ministre de la culture : « Le destin fait que ce qu’on retiendra de lui, c’est qu’il aura été l’archevêque de la reconstruction de la cathédrale. »

Mgr Michel Aupetit sort de la chapelle et rejoint ses équipes au domicile de ses vicaires généraux, eux aussi rue des Ursins. Sa directrice de la communication, Karine Dalle, a déjà pris l’initiative d’envoyer un message en son nom sur Twitter, adressé « à tous les prêtres de Paris » (« si vous le souhaitez, vous pouvez faire sonner les cloches de vos églises pour inviter à la prière »)Ensemble, ils regagnent la préfecture de police attenante au parvis de la cathédrale pour un nouveau briefing.

→ DÉBAT. Est-il indécent de donner pour Notre-Dame en période d’épidémie ?

Les retours de l’opération sont excellents, le sauvetage de la tour nord a été parfaitement exécuté. Le président de la République décide de prendre la parole face à la presse et de le faire avec l’archevêque de Paris. Le protocole de l’Élysée suggère qu’Emmanuel Macron parle en premier. Lui décide, « en bonne intelligence », de laisser Mgr Michel Aupetit commencer (« Nous sommes tous ensemble unis dans ce grand malheur… »). À sa suite, il annonce l’ouverture d’une souscription nationale et promet : « Cette cathédrale, nous la rebâtirons. » Entre les deux hommes, qui se prennent alors dans les bras, les premières tensions n’apparaîtront que le lendemain soir.

La disparition des catholiques

C’est la fin de l’après-midi, mardi 16 avril, et Mgr Michel Aupetit attend un taxi rue Barbet-de-Jouy, en face de l’hôtel particulier de Viart-Rambuteau où il vit. Une assistante de TF1 appelle sa directrice de la communication, Karine Dalle. Emmanuel Macron vient d’enregistrer un message à diffuser au 20 heures. Le passage à l’antenne de l’archevêque est donc annulé. Karine Dalle s’emporte au téléphone : « Mais vous vous rendez compte que c’est de sa cathédrale qu’on parle ! » Un compromis est trouvé.

L’archevêque prendra succinctement la parole à la toute fin du JT. Il est donc sur le plateau lorsque le président de la République déclare : « Nous rebâtirons la cathédrale Notre-Dame plus belle encore et je veux que cela soit achevé d’ici cinq années, nous le pouvons. » Ce délai, court, fait encore aujourd’hui débat, d’autant que la pandémie du Covid-19 vient de mettre une nouvelle fois à l’arrêt le chantier de sécurisation, déjà très perturbé par le plomb et le vent. Mais ce ne sont pas ces cinq années qui chiffonnent l’archevêque de Paris et ses équipes, ce soir-là.

La veille, sur le parvis, Emmanuel Macron avait eu « une pensée pour tous les catholiques ». Au JT de TF1, cette attention a disparu. Le mot catholique n’est pas prononcé une seule fois. L’archevêque le regrette dès le lendemain matin, mercredi 17 avril, à l’antenne de Sud Radio : « Le mot catholique n’est pas un gros mot. (…) Ce sont quand même les catholiques qui font vivre la cathédrale Notre-Dame, qui n’est pas un musée. » Les éléments de langage sont en place. L’archevêque les répétera plusieurs fois durant la journée (« la cathédrale, ce n’est pas le Musée du Louvre », « elle est bien autre chose qu’un tas de pierres »…).

« Il y a tout de même une forme de légère paranoïa dans l’Église de France », reconnaît aujourd’hui un membre haut placé du clergé parisien, qui dit toutefois comprendre « certaines réactions un peu vives générées par une laïcité mal comprise ». Lors d’une récente réunion de préparation de l’exposition à venir sur Notre-Dame de Paris à l’Hôtel-Dieu, cet hôpital attenant au parvis de la cathédrale, un représentant de l’AP-HP (l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris) a par exemple demandé au diocèse que l’on n’écrive pas « cierge pascal » sur le panneau de présentation d’un grand candélabre dessiné par Eugène Viollet-le-Duc. Motif : « Ça fait trop catholique. »« Il y a des maladresses, mais aussi une vraie sollicitude de la part de l’État, rassure-t-on au diocèse. Avec le recul, on ne peut pas dire qu’il y a l’ombre d’un ostracisme ou d’un désir de mettre l’Église à l’écart. »

Trier les décombres

L’après-midi du mercredi 17 avril, l’archevêque est d’ailleurs invité à se rendre à l’Élysée à 16 heures. Un conseil des ministres consacré au secours de la cathédrale vient de se terminer. Emmanuel Macron se veut rassurant : il n’est pas question d’exclure le diocèse de la reconstruction de Notre-Dame. Et le président de la République fait part de son souhait de se mettre en retrait. Un ancien chef d’état-major des armées de 70 ans, le général Jean-Louis Georgelin, est nommé pour le représenter.

→ PORTRAIT. Jean-Louis Georgelin, un général pour la reconstruction de Notre-Dame

Son rôle est encore flou (« veiller à l’avancement des procédures et des travaux qui seront engagés ») mais son nom est annoncé l’après-midi même par le premier ministre, Édouard Philippe, en même temps que la dernière grande idée présidentielle : un « concours international d’architecture » qui devra déterminer s’il faut reconstruire la flèche et sous quelle forme. Tout ce que la France compte de viollet-le-ducistes et d’amoureux du XIXe siècle s’apprête à se faire entendre. Le déluge des tribunes appelant à une reconstruction à l’identique durera tout l’été.

« Nous avons à porter un message qui nous dépasse bien au-delà de l’esthétisme d’un édifice de pierres… »

Mgr Michel Aupetit

L’archevêque de Paris quitte l’Élysée. Il est attendu à l’église Saint-Sulpice pour célébrer à 18 h 30 l’une des plus importantes messes de la Semaine sainte. Parmi ses premières paroles : « Nous avons à porter un message qui nous dépasse bien au-delà de l’esthétisme d’un édifice de pierres… »

À l’intérieur de la cathédrale, l’architecte en chef des monuments historiques Philippe Villeneuve organise les travaux d’urgence. Sa priorité : évaluer l’état des murs gouttereaux, qui portent la nef. Il lui apparaît très vite nécessaire d’installer un plancher en hauteur, pour accéder aux voûtes. Au sol, dès la fin du mois d’avril, des équipes commencent à trier les décombres sous les trois grands trous percés par la flèche effondrée (en se brisant, sa pointe a notamment poinçonné la nef).

Restaurer avec le maximum d’éléments originaux

La police scientifique, sur place, se concentre sur la croisée du transept, où se trouve l’échafaudage installé avant l’incendie. Les enquêteurs ont trois hypothèses : le feu est parti de mégots de cigarette mal éteints ; il a été causé par un court-circuit dans le système électrique des cloches de la flèche (elles ont sonné à 18 h 04 le soir de l’incendie durant la messe, lors de l’élévation) ; il est la conséquence d’un dysfonctionnement de l’ascenseur de l’échafaudage. « Selon les partis pris idéologiques des uns et des autres, telle ou telle hypothèse est mise en avant plutôt qu’une autre. La réalité, c’est que jusqu’à aujourd’hui personne ne sait », explique une source proche des enquêteurs.

À la table de tri, en cette fin du mois d’avril 2019, les policiers sont rejoints par des scientifiques du Laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH) et du Centre de recherche et de restauration des musées de France. Ils commencent à classer les morceaux de bois, de pierre, de plomb et d’autres métaux que leur déposent des robots à chenilles jaunes équipés de godets-grappins bleus, seuls habilités à s’aventurer parmi les décombres pour des raisons de sécurité. La cendre et les éléments trop abîmés sont placés dans des « big bags » oranges, au bout des tables. Le reste est rangé par matériau sur des palettes numérotées et localisées (par exemple : « palette 150, fer, croisée du transept »).

Elles sont ensuite transportées sur le parvis sous des tentes blanches. « Il y a très vite eu un réflexe un peu émotif de vouloir tout garder, presque comme des reliques, relève la directrice du LRMH, Aline Magnien. À la fois par désir de conserver et pour récolter des objets de recherche, par exemple sur les techniques d’assemblage de l’époque de la construction de Notre-Dame. » Pour l’architecte Philippe Villeneuve, qui entrepose certaines de ces « reliques » sous son barnum de la maîtrise d’œuvre, c’est encore plus que cela.

Lui souhaite réutiliser une partie de ces décombres pour restaurer la cathédrale avec le maximum d’éléments originaux (certains résidus sont encore intacts, malgré leur chute de plus de 30 mètres). Sur le chantier, l’architecte demande que l’on redresse les morceaux de métal qui peuvent l’être, il envisage que le plomb soit refondu et souhaite que toutes les pierres en bon état soient testées, pour vérifier qu’elles ne présentent pas de microfissures internes.

Le sens de l’édifice

Sa démarche traduit un souci d’économies (à titre d’exemple, la restauration devrait nécessiter environ 500 m3 de pierre) mais aussi un parti pris, celui d’une restauration à l’identique. Le 3 juin 2019, l’architecte l’exprime d’ailleurs clairement dans Le Figaro : « Non seulement il faut refaire une flèche, mais il faut la refaire à l’identique. (…) Regardez celle de la cathédrale de Cologne, en Allemagne : c’est une verrue 1950 sur un bâtiment ancien. » Toute la communauté scientifique plaide comme lui pour le respect de la charte de Venise de 1964, qui demande que l’on restaure un monument historique dans le dernier état connu.

« La question de ce que peut représenter aujourd’hui cette restauration mériterait qu’on en discute »

Un conservateur du patrimoine

Mais certains regrettent que le débat soit tranché avant d’avoir réellement eu lieu. Un conservateur du patrimoine explique : « Nous disposons des sculptures d’Adolphe-Victor Geoffroy-Dechaume (les apôtres qui entouraient la flèche d’Eugène Viollet-le-Duc, enlevés avant l’incendie pour restauration, NDLR) et du coq (retrouvé cabossé dans les décombres), il faudra les intégrer à la future flèche. Mais cela a-t-il un sens de tout refaire dans un programme du XIXe siècle ? La question de ce que peut représenter aujourd’hui cette restauration mériterait qu’on en discute. »

Pour l’archevêque de Paris, le plus important est qu’on ne perde pas de vue le sens de l’édifice. Lors de l’une de leurs rencontres, il demande donc au général Jean-Louis Georgelin qu’une messe puisse être célébrée au plus vite dans Notre-Dame. Les deux hommes s’entendent sur la date du 15 juin, proche de l’anniversaire de la consécration, le 16 juin 1989, du maître-autel démoli par la chute de la flèche. Le problème est que la cathédrale est jugée « en péril » (elle l’est toujours aujourd’hui) et ne peut donc pas accueillir de public, si restreint soit-il.

Jean-Louis Georgelin, qui explique sa nomination par le fait que « le président Macron voulait un catholique (…) et un homme d’autorité », parvient non sans peine à convaincre le préfet de police Didier Lallement de lever l’arrêté de péril, le temps de la célébration. Le 15 juin dans la journée, les équipes de la chaîne KTO garent donc leur camion-régie dans le jardin du chevet, à côté des constructions modulaires des ouvriers.

→ REPORTAGE. Au cœur du chantier de Notre-Dame de Paris

Un câble relié à un groupe électrogène est déroulé sur les 150 mètres qui les séparent de la chapelle axiale du Saint-Sacrement où se réunit à 18 heures la petite assemblée. L’archevêque porte l’un de ces casques de chantier blancs qui assureront aux photos de l’événement d’être largement publiées (une double page paraîtra la semaine suivante dans Time, en même temps que l’annonce de la candidature de Donald Trump).

Messe casquée

L’homélie que prononce Mgr Michel Aupetit est écrite pour le monde entier. « Avons-nous honte de la foi de nos ancêtres ? Avons-nous honte du Christ ? Oui, cette cathédrale est un lieu de culte, c’est sa finalité propre et unique. Il n’y a pas de touristes à Notre-Dame. (…) Peut-on vraiment par ignorance ou par idéologie séparer la culture et le culte ? » Dans l’entourage de l’archevêque, on explique que « Mgr Michel Aupetit a voulu répondre à ceux qui oublient que la force de Notre-Dame ne vient pas de ce qui a été construit mais de ce qui y est célébré ».

À l’Assemblée nationale et au Sénat, les discussions du projet de loi concernant la conservation et la restauration de l’édifice sont en cours et certains parlementaires de gauche demandent que le diocèse de Paris ne figure pas au conseil d’administration du futur établissement public chargé des travaux. « Il ne me semble pas souhaitable de confier à l’Église un pouvoir de décision en matière de maîtrise d’ouvrage », déclare par exemple la sénatrice des Bouches-du-Rhône Mireille Jouve.

Une poignée de députés La République en marche partage son opinion et envisage le dépôt d’un amendement pour sortir le diocèse du dispositif (il ne sera finalement jamais déposé). Le 17 juin, deux jours après la messe casquée, le représentant de la principale obédience maçonnique de France, Jean-Philippe Hubsch, déclare dans L’Opinion : « Ce monument historique national est un lieu de culture. Nous n’y voyons pas un lieu de culte. »

Finalement, le 16 juillet 2019, la loi est votée. L’archevêque, représenté par l’un de ses vicaires généraux, Mgr Benoist de Sinety, siège comme prévu au conseil d’administration de l’établissement public (EP). L’EP est présidé par le général Jean-Louis Georgelin, qui perdra cependant plusieurs arbitrages durant l’été face au ministre de la culture, Franck Riester, soucieux de garder la main sur le chantier (et jamais avare, en privé, de propos assassins à l’encontre du militaire).

→ PORTRAIT. Notre-Dame : Emma Isingrini-Groult, restauratrice de lumière

Voici le compromis trouvé : l’EP obtient la maîtrise d’ouvrage (gestion du calendrier, du budget…) à partir du 1er décembre mais le ministère de la culture, plus précisément la direction régionale des affaires culturelles d’Île-de-France (Drac), garde le contrôle scientifique et technique (la définition du projet).

Le ton monte

Pendant que cette horlogerie se met en place, l’architecte Philippe Villeneuve durcit encore le ton au sujet de la flèche. À la mi-octobre, sur RTL : « Le futur, c’est soit je restaure à l’identique, ça sera moi, soit on fait une flèche contemporaine et ça sera un autre. » À l’Élysée, son insistance agace. Et le général Jean-Louis Georgelin s’en fait le porte-voix en novembre, lors d’une audition à l’Assemblée nationale.

Le ton est à la fois rustre et cabotin, comme sait l’être ce militaire : « Quant à l’architecte en chef, je lui ai déjà expliqué plusieurs fois, et je le referai (…), qu’il ferme sa gueule et que nous avancions en sagesse pour que nous puissions sereinement faire le meilleur choix pour Notre-Dame. » Réaction du ministre de la culture : « Les propos du général Georgelin ne sont pas acceptables. Le respect est une valeur cardinale de notre société. En tant que responsables publics, nous devons être exemplaires. »

Nous sommes aux alentours de la Toussaint 2019 lorsque l’archevêque monte les marches de la maison diocésaine située au début de la rue du Cloître, cette petite artère qui longe le flanc nord de la cathédrale. Une réunion s’y tient au troisième étage. Le bruit des machines du chantier et la vision à travers les fenêtres de ces renforts en bois installés sur les arcs-boutants font dire à l’un des participants : « On avait l’impression d’être réunis pour prendre des dispositions concernant un blessé grave. »

Mgr Michel Aupetit ne conduit pas les échanges : « Je viens là uniquement pour écouter. » L’ancien directeur des musées d’Orsay puis du Louvre Henri Loyrette est invité à partager son sentiment sur l’accueil des touristes dans la cathédrale. Il est très clair : « Jusqu’à présent les visiteurs étaient maltraités. »

Une réflexion s’engage, associant des clercs (le chanoine Henry de Villefranche), des liturgistes (Gilles Drouin) ou encore des architectes (Jean-Marie Duthilleul) et des muséographes parisiens. « La flèche, nous, on s’en fout. Ce qui nous intéresse c’est que la visite soit une découverte de la foi. L’opportunité dans le drame, c’est qu’on va avoir plus de possibilités que quiconque depuis Viollet-le-Duc », juge le membre d’une commission mise en place par le diocèse (en interne, on parle d’« ateliers Notre-Dame »). « Mais on n’est pas les seuls à commencer à réfléchir… »

« Dans une cathédrale, on entre par la porte, c’est comme ça »

Un prêtre du diocèse

D’ailleurs, l’idée d’un accueil souterrain des touristes fait son chemin. Il commencerait sous le parvis, à la place de l’actuel parking. L’accès à la cathédrale se ferait ensuite par l’immense crypte située sous la nef, utilisée aujourd’hui comme un lieu de stockage. « On pourrait en faire un centre d’interprétation, avec des films en 3D sur l’histoire de Notre-Dame, imagine un architecte en chef des monuments historiques. Ce serait une soupape pour le public, une alternative à ce goulet d’étranglement dans les portails. »

« Une entrée par le sol, c’est non, défend un prêtre associé à la réflexion du diocèse. Le Christ a dit : “Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé.” Alors dans une cathédrale, on entre par la porte, c’est comme ça. » Le diocèse envisage que l’entrée des visiteurs se fasse désormais par la grande porte du portail Sainte-Anne (ce qui obligerait à enlever les grilles).

Démonter les 10 000 tubes de métal

Le général Jean-Louis Georgelin est au courant. En février 2020, il accompagne dans la cathédrale une petite délégation de l’Église. L’un de ses membres raconte. « C’était un vendredi, il faisait un temps superbe, la lumière passait entre les travées… C’était à vous donner envie d’installer une voûte en verre. » Le président de l’EP prend alors connaissance de la plupart des idées que défendra l’archevêché. L’entrée par la grande porte. Une première station dans la nef, dans un espace d’accueil débarrassé des chaises installées là au XVIIIe siècle.

Une déambulation qui changerait de sens – « Avant, lorsqu’on longeait la clôture du chœur, on passait devant le relief de la crucifixion avant de voir celui de l’incarnation, explique un prêtre du diocèse. C’était incohérent. » Un accueil dans les différentes chapelles latérales dont certaines pourraient être rhabillées, voire changer de tutelle, c’est-à-dire de saint, comme cela avait été le cas au XIXe siècle – « On imagine quelque chose d’assez contemporain qui donnerait accès aux grands thèmes bibliques, la Création, l’Exode, la Libération d’Égypte… » Et puis une sortie par les jardins côté sud, où serait éventuellement installée la boutique, actuellement à l’entrée.

Les détails de ce projet, remis fin mars au conseil épiscopal du diocèse, doivent encore être validés par l’archevêque, avant d’être soumis à la Drac et aux autres membres de l’EP. « Je pense qu’il y aura des débats aigus », juge un membre du conseil d’administration. Le diocèse s’y attend : « Pour l’instant, tout le monde s’entend bien, aucun vrai arbitrage n’a été pris. Mais on va un jour quitter la situation d’urgence du bâti. Là on va se rendre compte de l’état réel des relations. »

Ce n’est pas encore pour demain. Sur le chantier toujours à l’arrêt à la fin du mois de mars, il reste à démonter les 10 000 tubes de métal de l’échafaudage que l’incendie a soudés. La tâche, qui devait initialement être achevée avant l’été, durera plusieurs mois. Un diagnostic complet de l’état de l’édifice sera réalisé à son terme. Après seulement commenceront la restauration et le temps des vraies questions. Pas seulement celle de reconstruire à l’identique ou non.

ملح الارض مع الاب البروفسور سليم دكاش

الأب اليسوعيّ البروفسور سليم دكّاش، رئيس جامعة القدّيس يوسفUSJ في بيروت، منذ الأوّل من آب 2012، رئيس تحرير مجلّة "المشرق" للرهبنة اليسوعيّة منذ 1990، ضيف الحلقة الخامسة عشرة من "ملح الأرض".
ترقّبوا اللقاء مساء هذا الإثنين، أوّل حزيران 2020، في تمام السابعة، على شاشة تلفزيون Télé Lumiere Nour Sat؛ وفي إعادة، نهار السبت، 6 حزيران، الثانية عشرة والنصف ظهرًا.
 
 
 
 
 
18Rafic M Succar, Ameline Sadaka and 16 others
 
4 comments
1 share
Like
 
Comment
Share
 

Shroud of Turin to be shown via TV and social media for coronavirus outbreak

 

Shroud of Turin to be shown via TV and social media for coronavirus outbreak

Shroud of Turin featuring positive (L) and negative (R) digital filters. (Credit: Dianelos Georgoudis via Wikimedia Commons.)

ROME - On Saturday, the Archbishop of Turin announced that after receiving several requests, he would display what is believed to be Jesus’s burial shroud during Holy Week amid the COVID-19 coronavirus outbreak.

In his March 4 announcement, Archbishop Cesare Nosiglia said that over the past few weeks, “thousands and thousands are the messages I have received from the people, elderly and adults and young people, healthy and sick, who ask me that, in the moment of great difficulty we are living, if they can pray during Holy Week in front of the Shroud, to implore Christ, who died and was Risen.”

Welcoming these requests, he authorized that from April 11 - Holy Saturday, the day before Easter Sunday - until April 17, the Shroud will be on display for people to venerate from all over the world through television and social media.

 
 

The Shroud, Nosiglia said, “presents to us in such a true and concrete way, the grace of overcoming evil as He did, trusting in the goodness and mercy of God.”

A 14-foot-long linen cloth depicting the negative image of a person thought by many to be Jesus Christ, the Shroud has been traced back to at least the 1300s.

Authorities in the Catholic Church have not formally declared it to be authentic, and several scholars have claimed it is a medieval forgery; however, several popes have venerated it, including Pope Francis during a 2015 daytrip to Turin, when the Shroud was displayed from April-June of that year.

 

The Shroud has played a role in the Church’s historic response to plagues.

 

Tradition holds that when a plague epidemic broke out in Milan in 1576, St. Charles Borromeo, who served as Archbishop of Milan from 1564-1584, pledged to make a pilgrimage the Shroud on foot as a thanksgiving to God for stopping the outbreak. At the time, the Shroud was in Chambéry, France, but because of Borromeo’s poor health, the Duke of Savoy, Emanuele Filiberto, decided to transfer the Shroud to Turin, where it can still be found to this day.

“Thanks to television and social media the time of contemplation makes available to everyone, in the whole world, the image of the Holy Cloth, which reminds us of the Passion and death of the Lord, but which also opens our hearts to the faith in his Resurrection,” Nosiglia said in his statement.

He stressed that love is stronger than death, and that the image believed to be Jesus’s face in the Shroud “is stronger than any suffering, any disease, any contagion, any trial and discouragement.”

“Nothing and no one can separate us from this love, because it is faithful forever and unites us to him with an indissoluble bond,” he said, adding that the face in the Shroud “speaks to the heart and communicates a great peace to us as if it were telling us: Have faith, do not lose hope, the strength of the love of God and the Risen One overcome everything.”